prophete

« Prophète » de Kolda : L’examen gynécologique prouve que le « prophète » a goûté au fruit interdit

Bien des nébuleuses dans le dossier. Des enfants sans filiation, des relations surnaturelles, des faits inédits. Dans cette affaire de faux prophète qui a abouti hier au mandat de dépôt de Baba Malabé et ses complices, si le juge ordonne la poursuite des enquêtes par une délégation judiciaire, des surprises risquent de faire surface tellement le dossier est corsé avec une foultitude de faits visés par le Parquet.  

Baba Malabé, né Daouda Ba, alias Daouda Mbacké Rouhou le « prophète » de Kolda et ses complices Birane Diallo (41 ans), Aliou Badara Sane (46 ans) et Mouhamed Ba dit khoumqyrou Mbacké (40) ont été déférés, hier, pour association de malfaiteurs, séquestration, enlèvement par fraude, viol sur mineures de 13 ans, acte de pédophilie, consommation de mariage sur mineures de moins de 13 ans. Même si l’enquête pilotée par le Capitaine Ly Coly Camara de la Compagnie de gendarmerie de Kolda n’a pas été déflorée, des sources de Kritik informent que les résultats de l’examen gynécologique confirment bel et bien la thèse de rapport sexuel sur mineure de 13 ans. Des faits qui démontent les allégations du guide religieux. A l’audition, il a dit aux enquêteurs que c ’est la fille Hawa Diallo, originaire de Sare Daouda, qui est venue faire allégeance en souhaitant qu’il la prenne pour épouse. Chose qu’il n’avait pas encore faite.

Seulement, si le Prophète de Kolda nie et continue de nier avoir gouté au fruit interdit, médicalement parlant, les faits sont sans appel. Quid des trois autres déférés pour association de malfaiteurs ? L’un a donné en mariage sa fille mineure à un disciple alors que les deux autres ont épousé des mineures, toujours au sein de la même confrérie. A ce jour, les langues se délient après l’interpellation du « Prophète » de Kolda. Aveux sur aveux, dénonciation sur dénonciation qui poussent les « autorités locales à penser que les multiples faits évoqués ne sont justes que la face visible de l’Iceberg sur les délits commis par le « Prophète ».

En conséquence, si le juge ordonne la poursuite des enquêtes par une délégation judiciaire, des surprises risquent de faire surface. Déjà, sept mineurs non identifiables, sans contact avec leurs parents apparaissent dans ce dossier qui n’a pas encore fini de livrer son secret. D’ailleurs, les enquêteurs cherchent comment ils sont arrivés auprès du « Prophète » de Kolda. Et les interrogations ne manquent pas : Ont-ils été volés ou achetés en Guinée Biseau ou en Mauritanie ? Ce qui pourrait faire objet de trafic d’être humain. L’un dans l’autre, les investigations pourraient se poursuivent suivant les décisions du Tribunal

Pour rappel, la procédure est partie d’une dénonciation par audio d’un « détournement de mineure et consommation de mariage » fait par des gens révoltés de la situation. Une descente dans la concession de Rouhou Lahi a permis aux gendarmes de trouver sur place une cinquantaine de personnes, dont une douzaine de femmes de tout âge, dont de nombreux adolescents : 25 enfants de moins de 7 ans dont 13 filles d’origine sénégalaise.

Yaye Awa Ly Ngoné SARR (KRITIK)




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre